à la Une

Dans l’abîme du temps – H.P Lovecraft

Après vingt-deux ans de cauchemar et d’effroi, soutenu par la seule conviction que certaines de mes impressions sont purement imaginaires, je me refuse à garantir la véracité de ce que je crois avoir découvert en Australie-Occidentale dans la nuit du 17 au 18 juillet 1935. J’ai de fortes raisons d’espérer que mon aventure appartient au domaine de l’hallucination. Néanmoins, elle fut empreinte d’un réalisme si hideux que, parfois, tout espoir me paraît impossible.

Voilà quelques lignes qui résument parfaitement l’histoire derrière l’abîme du temps, où rêve et réalité, passé et futur semblent se chevaucher de manière déroutante. On y suis le personnage de Nathaniel qui pendant une longue période d’amnésie, se voit endosser le rôle d’un curieux personnage venu d’un âge lointain entre ici et ailleurs. Les étranges visions auxquelles il est soumis dérouteraient plus d’un et cela à juste titre.

Le détail des scènes, les architectures, les lieux sont d’un réalisme pour moi déconcertant. On pourrait presque penser que l’auteur relate ici des faits d’une troublante véracité, au point de se demander où se situe la limite avec la fiction.

J’ai vraiment adoré lire cette nouvelle qui m’a fait voyager aux confins de l’horreur dont Lovecraft sait se jouer avec brio. Je ne peux que vivement le conseiller pour tous ceux qui aiment le genre.

Publicités

Quand reviendra le ciel bleu : l’idée derrière l’histoire

Dans cette histoire qui est, je l’espère, à paraître, il y a plusieurs idées développées (2)
La première est un rapport étroit entre la nature et une forme de justice utopique qui rejette toute forme d’anarchie morale ou physique. Elle se pose comme bourreau aux vices humains. Il y a cette idée donc que la nature joue un rôle de démiurge et reste supérieure aux êtres qui la composent.
La seconde idée est que cette utopie que les trois protagonistes : Jasmin, Cèdre et Azalée (vous noterez ici le lien fait encore avec la nature) essaie de créer ne peut être que éphémère car la dualité des moeurs qui compose nos coeurs fait de nous ce que nous sommes et que le positif et le négatif sont d’un lien si étroit que l’un ne peut subsister sans l’autre.
C’est un raisonnement qui vise donc à expliquer que l’on ne peut effacer les mauvaises choses indéfiniment tout comme la mauvaise herbe finit toujours par repousser, mais qu’il faut les accepter comme étant une expérience certes douloureuse de vie et en faire une force.
Pour finir, le titre : quand reviendra le ciel bleu est une question que le personnage principal de l’histoire Jasmin se pose. Une phrase qu’il associe au temps qui pour lui semble ne plus exister.
Mais n’est-ce pas justement la tempête qui balaye les nuages et fait naître un ciel bleu et ensoleillé ? Rejeter cette tempête n’est il pas comme rejeter la chance de voir un beau jour arriver ?
Cette question de l’utopie qui rejette un élément essentiel à l’accès au bonheur jouissif est une question que je me suis moi-même posée et qu’ici j’ai tenté d’expliquer sous la forme de fantaisie.

Quand reviendra le ciel bleu : l’idée derrière l’histoire

Dans cette histoire qui est, je l’espère, à paraître, il y a plusieurs idées développées (2)
La première est un rapport étroit entre la nature et une forme de justice utopique qui rejette toute forme d’anarchie morale ou physique. Elle se pose comme bourreau aux vices humains. Il y a cette idée donc que la nature joue un rôle de démiurge et reste supérieure aux êtres qui la composent.
La seconde idée est que cette utopie que les trois protagonistes : Jasmin, Cèdre et Azalée (vous noterez ici le lien fait encore avec la nature) essaie de créer ne peut être que éphémère car la dualité des moeurs qui compose nos coeurs fait de nous ce que nous sommes et que le positif et le négatif sont d’un lien si étroit que l’un ne peut subsister sans l’autre.
C’est un raisonnement qui vise donc à expliquer que l’on ne peut effacer les mauvaises choses indéfiniment tout comme la mauvaise herbe finit toujours par repousser, mais qu’il faut les accepter comme étant une expérience certes douloureuse de vie et en faire une force.
Pour finir, le titre : quand reviendra le ciel bleu est une question que le personnage principal de l’histoire Jasmin se pose. Une phrase qu’il associe au temps qui pour lui semble ne plus exister.
Mais n’est-ce pas justement la tempête qui balaye les nuages et fait naître un ciel bleu et ensoleillé ? Rejeter cette tempête n’est il pas comme rejeter la chance de voir un beau jour arriver ?
Cette question de l’utopie qui rejette un élément essentiel à l’accès au bonheur jouissif est une question que je me suis moi-même posée et qu’ici j’ai tenté d’expliquer sous la forme de fantaisie.

Désir platoniquement charnel

Plaisir platonique, désintéressé de toute substance matérielle, ne reconnaissant dans les plaisirs de la chair que futilité éphémère, une simple frénésie passagère. Cependant n’est-ce point le corps avant l’âme que l’oeil mortel observe ? L’amour platonique naîtrait-il donc d’un désir charnel refoulé ? Cette question complexe, j’en suis presque certain, je ne dois point être le seul à me la poser.
Il est d’évidence que l’on s’en trouve attiré par la chair et sa beauté purement physique pour laquelle grand nombre d’hommes s’arrêtent, n’écoutant que leurs instincts primaires. Il est également vrai que si on se force à aller dans les retranchements de sa raison et à atteindre l’âme même du véritable amour qui lui se détache de toute vérité palpable à l’oeil nu, alors d’amour platonique et d’amour charnel, le fossé est pour moi assez étroit.
Bien sûr, je pense et crois que cela ne peut fonctionner dans les deux sens. Car peut-on s’en retrouver désintéressé lorsque l’on a goûté aux délices de la passion ? Certains diront qu’elle peut mener à une ouverture d’esprit encore fragile.
Doit-on éprouver des remords et des regrets à désirer ? Je dirais que non mais qu’il faut encore le faire avec une extrême sagesse.

L’inspiration dans la nature onirique

Il m’est d’avis de dire que les meilleurs textes naissent de la pensée brute qui frappe l’esprit à un moment donné, saisi sur l’instant même. Il n’est pas réfléchi mais spontané. On a une idée et bim ! On la développe. Elle ne se cherche pas et pourtant se trouve… dans notre entourage proche ou lointain mais également en nous.
C’est là que j’en viens à une forme de pensée parfaitement atypique qui est du domaine du rêve, ce fameux mécanisme qui nous balance au visage nos pulsions refoulées, nos désirs cachés. J’ai donc eu l’idée d’user de ce rêve, étincelle à l’imagination et de sa proximité avec la fiction car de notre subconscient point de réel mais que des possibilités à exploiter pour un de mes prochains livres.

CANISSIE, Lancelot – Peur primale et autres récits

Une excellente chronique de la part de Telesia !

Gourmandises Littéraires

19657081_2000461393519273_4792854156180804457_n

Venez et entrez dans l’univers macabre de Lancelot. Frissonnez avec la statuette maudite, menez l’enquête avec l’inspecteur Maurel ou osez braver l’interdit en pénétrant le grenier avec Timmy. Il y a aussi la foire où des choses étranges et inquiétantes se déroulent. Peu importe l’endroit, vous n’échapperez pas aux monstres tapis dans l’ombre de ma plume. 

Remerciements tous particuliers à Lancelot Canissié, auteur de ce recueil et interlocuteur formidable. Merci de m’avoir fait confiance, malgré le temps qu’il m’a fallu pour lire et chroniquer cette œuvre. Merci de m’avoir offert tes récits comme à une bonne amie.

Peur primale et autres récits, c’est la première œuvre publiée de Lancelot Canissié. Un recueil de nouvelles personnelles, relatant plusieurs histoires aux allures plus ou moins effrayantes. L’idée, c’est de transmettre au lecteur la peur, la panique et le malaise. A travers un style bien à lui -quoiqu’encore un peu hésitant-, l’auteur…

Voir l’article original 419 mots de plus

Quand reviendra le ciel bleu

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien.

Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de ma prochaine œuvre qui cette fois-ci ne sera plus un recueil de nouvelles mais un roman que j’ai intitulé Quand reviendra le ciel bleu.

Résumé :

La mort de sa mère lors de ses cinq ans et la corruption de son pays ont détruit Jasmin. Il aimerait changer les choses mais que peut-il faire ? C’est alors qu’il va faire la rencontre de Cèdre et d’Azalée. Elle, a perdu ses parents dans un incendie ; lui, a vu la vie tout lui prendre. Ensemble ils vont croiser la route de Lys, une rencontre qui va à jamais changer leur vie. Mais qu’est-ce que cette étrange femme leur à promis ? Nos trois jeunes nouveaux amis vont avoir la plus grande des surprises mais surtout la plus grande des responsabilités.

Ce nouveau roman sera, ainsi l’ai-je décidé, un mélange de réel et de fantaisie. Il mettra en thème des valeurs comme l’entraide, l’altruisme et le pardon, etc. La nature jouera elle aussi un grand rôle, d’où le fait que j’ai décidé de nommer mes personnages à partir de nom de plantes. Elle sera, en effet, leur alliée mais également leur pire ennemie.

Je pense également aller jusqu’aux quatre cent pages. Pour le moment je le prépare sur papier et sûrement que je commencerai à le taper sur ordinateur pour le prochain NaNoWriMo car j’ai toujours voulu m’y essayer.

Je vous tiendrai au courant pour plus d’information et l’avancée de l’œuvre.

Stay tuned and have a good day ! 🙂

Primal fear and other tales

Will you let the statuette and its curse scare you? Would you rather inquire with the detective Maurel? Or would you dare break the rules and enter the forbidden attic? You can also find courage in visiting the funfair where terrible things seem to happen.
No matter where you are, you cannot escape the monsters born from the shade of my pen.

2024169731.jpg

Good afternoon everyone!

Today I’ve decided to write this article in English. The reason for that is pretty simple: I am here to announce that the translation of my book is over and that Primal fear and other tales is now available on Kindle.

I think it is a better version of the book because I was able to correct some of the mistakes I made in the French version and to embellish some of the phrases and expressions in the text. I also opted for a new cover that I think is a more suitable representation of what the book is about, mystery, fear of the unknown, opening doors to new threats, etc.

I sure hope you’ll feel interested in discovering and reading it

I’m leaving you with a quote from one of my favourite stories: Carnival Massacre

While our five friends were sleeping soundly, on the other side of the street, a man leaning against a street lamp was staring at the window which, a quarter of an hour earlier, was bathed in the sweet light of a halogen lamp. And as he was watching, a smile appeared on his face showing two sharp teeth. He had a dark look, he who has not been blessed by nature, because he felt resentment for all those perfect men and women whereas he was deformed since birth.